vendredi, mai 03, 2013

Florilège de mots pris à Brigitte Célérier, retricotés en formes de vases




lumière rose de l'aube

ai rencontré féminité
l’envol et les voûtes
je n'ai pas d'âge
carcasse quiète
jouissant du bleu dru
un peu d'auto-ironie
du gentil petit vent
j'étais
heureuse
pauvre
cher
dans la lumière qui descend vers moi
me suis installée me suis oubliée
éloquence et rapidité des vents
le reste devait rester secret
regarder le vert sur le bleu
cette artificialité affichée
n'était pas sans charme
rêve au soleil couchant
avec plaisir et sagesse
des miraculeuses fleurs
et une élégie mordorée
petite touche claire
du rhododendron



la
danse
baroque
des
arbres
rencontrés
sur
mon
chemin
petites
flammes
vertes
au
bout
des
branches
comme un hommage à ma paresse
dans la tendresse fugace de l'air
pour une lecture diaprée et rapide
argile qui a bu à toutes les sources
sous un ciel qui chantait le printemps
de façon un rien illisible heureusement
toute de pureté et de solidité apparente
comme on prend un bonbon dans une boîte
bizarre inégal baroque bosselé bloc
à boire surtout par les yeux
robe volante à la Watteau
d'un jaune merveilleux
pluie diaphane


se rêver
des creux
presque
ombreux
en place
de
courbes
douces
une toison
de
fleurs
blanches
serrées et drues
d'opale infiniment doux
à l'horizon
de
ma
rue
l'oiseau s'est assis pour couver l'avenir
des épures de stéréotomie un peu floues
sous moutons gris semés dans ciel bleu
entre douceur de l'air et incertitude
avec une mauvais foi pleine de santé
sans que cela sorte du contrepoint
blancheur des arbustes en fleurs
violon au son fruité et allègre
vert merveilleux de l'artifice
comme un petit ressac d'écume
le mistral noir s'en est allé
dans un léger décalage farce
voyage au pays des lettres
pompadours et grenailles
en parfaite courtoisie
un navet solitaire dans le bac à légumes


Brigitte Célerier ou Brigetoun a un peu honte (est béante d'admiration aussi) d'afficher ici, sur Paumée qui se moque sans doute un peu d'elle, le poème de Danielle (Fonsbandusiae) qui lui a fait l'honneur de trop gentils, flatteurs, cut-ups à partir dudit Paumée, pendant qu'elle tente sur http://fonsbandusiae.over-blog.com/vases-communicants-avec-brigitte-celerier-mieux-vaut-horace
de tirer une interprétation toute personnelle, en hommage boiteux, d'un fragment d'une ode d'Horace..

Tiers Livre et Scriptopolis sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… "Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.".

La liste des participants, que j'espère correcte, se trouve sur http://rendezvousdesvases.blogspot.fr, dédié à ce seul usage, et ci-dessous, si vous le préférez.

7 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Belle élégie "typogravée" avec la délicatesse d'une voile latine.

louise blau a dit…

Voile latine, princesses palatines, mots croisés d'échos pour post-calligramme

Pierre R. Chantelois a dit…

Comme un beau buis triple boule en pot... Les mots de Brigitte sont bien servis.

Gérard Méry a dit…

tu as la paresse créative

brigitte celerier a dit…

sauf que ce n'est pas moi- c'est le travail (en picorant dans paumée) de Danielle Carlès, poète et traductrice (latin)

Anonyme a dit…

Quel beau travail créatif!

Zéo

Danielle a dit…

Merci Brigitte, je viens avec un peu de retard chez vous pour les raisons que vous savez, mais je ne veux pas manquer de dire le plaisir de notre échange. Et merci à tous les lecteurs !