jeudi, août 03, 2017

Supplique

Seigneur Apollon
sommes pantelants sujets
retenez vos rais
pensée dans la tiédeur du petit matin (28 degrés) face au jeune soleil qui bouffait les couleurs, a été partiellement exaucée (38 degrés)

8 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Desolee pour vous puisque j'ai fuit la canicule lyonnaise lâchement. Je sais ce que vous endurez et pense à vous, murs épais et persiennes gardent un peu l'ennemi à distance... ne pas lâcher jusqu'à l'automne !

Claudine a dit…

Il est bien cruel cet Apollon

brigitte celerier a dit…

bienfaisant et cruel, la mythologie le dit

Marie-christine Grimard a dit…

Vous soutiens de loin, sachant à quel point cette canicule est pesante ! Courage. L'automne n'est plus très loin.

brigitte celerier a dit…

oh pas si pénible à partir du moment où on peut choisir heures de sortie et vivre tout doux le reste du temps

jeandler a dit…

Être dans l'écart pour une bonne place...

Dominique Hasselmann a dit…

Il était temps que le festival se termine et vous épargne la canicule actuelle (on la voit "en Avignon" sur les cartes météo de la télé) dont vous saurez vous protéger en restant plus longtemps chez vous, sans être obligée de courir par monts et par vaux, par déclamations ou pas chassés ou surprises inoubliables ! :-)

brigitte celerier a dit…

Pierre, sais pas trop quelle est la bonne place

Dominique oui (enfin il faudrait que me mette au repassage encore une fois, essayer à la fraîche ce matin) rester tranquille (pas tellement envie de notre petit festival jazz, peut-être ce soir ou demain et puis j'ai un billet pour dimanche) et lire - l'exercice de François Bon m'a relancée dans mon Pléïade Sarraute.. par contre pour le texte ça coince